Espace de vie dans un bateau de pêche . (via New York Times)

 

Le reporter Ian URBINA a réalisé une série d’investigations impressionnantes  révélant le trafic humain à grande échelle, l’esclavagisme par le travail, et d’autres horreurs liées à des pêcheries majeures. Le site UPWORTHY a judicieusement réalisé une série de petits  documents  pour pouvoir toucher une audience plus large. Greenpeace s’est battu pour le droit des pêcheurs, en faisant équipe avec 5 des plus grands syndicats. La “Déclaration de solidarité avec Greenpeace pour réformer l’industrie thonière” commence ainsi: « nous savons que le respect de l’environnement et le problème des droits sociaux sont intimement liés et les solutions constantes amélioration pour protéger les travailleurs sont les mêmes que celles qui protègent l’environnement et les ressources naturelles. » Ecoutez-les ! Et si vous manger des crevettes, à moins de les payer 20 US$ la livre, c’est qu’elles sont qu’elles sont issues d’une pêche absolument non durable et que des esclaves les ont probablement pelées pour vous, de grâce trouver autre chose pour tremper dans une sauce !

 

 

Lire l'article en entier (en anglais)

l'Aslaka vit durablement

Please reload

Featured Posts

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Recent Posts

April 12, 2016

Please reload

Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic
  • Facebook Social Icon