L’Alaska, un modèle de la Pêche durable pour le monde entier.

13.12.2015

L’Alaska, un modèle de la Pêche durable pour le monde entier.


C’est l’avant dernier des Etats Unis d’Amérique : il a intégré la confédération en 1959, quelques mois avant HAWAÏ, et presque 2 siècles après la Déclaration d’Indépendance. Mais il est aujourd’hui de loin le premier état américain en termes de pêche durable. Le seul qui y soit réellement parvenu, pour l’instant.
Ce vaste pays sauvage compte moins d’un million d’habitants sur un territoire préservé grand comme 2,5 fois la France.
Dès son adhésion en 1959, l’Alaska inscrit dans sa Constitution que chaque ressource marine doit être gérée selon le principe intangible de la pêche durable. Ce serait l'un des tous premiers états à avoir porté ce principe dans sa Constitution. Le fondement de cette réussite est une volonté politique ferme, gravée dans le marbre de la Constitution de l’Alaska qui n’a de cesse de privilégier le futur des ressources halieutiques et l’environnement, en lieu et place de la pêche industrielle.


La gestion est déléguée à l’Etat fédéral dont l’administration obéit à des objectifs sains, conforme à la Doctrine du Mandat Public (Public Trust Doctrine) qui sont :


1. La gestion efficace de la ressource à long terme dans l’intérêt des citoyens et de leurs descendants


2. La confiance dans les dernières recherches scientifiques


3. La conformité aux normes internationales et notamment celles de la FAO (Code de Conduite pour une Pêche Responsable, 1995).

 

« Les procédures de gestion exemplaires de la pêche en Alaska sont …caractérisées par un degré peu commun de collaboration entre les organismes de l'état, fédéraux et internationaux qui sont chargés de protéger la ressource. Ceci est soutenu par des lois et des politiques strictes d'application avec une participation publique et une transparence qui donnent à l'état une crédibilité internationale importante » (Le développement de la pêche aux USA, Ndève Yacine NIANG)

 

En adoptant le principe de l’approche de précaution, le National Marine Fisheries (MNF) et l’Alaska Fish and Game (AFG) multiplie les initiatives pour que la sous capacité devienne la règle, au détriment de la sur capacité de pêche :


-Fermetures spatiales et/ou temporelles, décidées à l’avance ou à la demande en moins de 24h, selon les informations scientifiques des suivis quotidiens de la ressource


-Limitation de la taille des bateaux


- Restriction des engins de pêche (taille, forme, utilisation) et chasse aux dérogations


-Interdiction  de certains engins universellement reconnus comme non durables : les palangres industrielles, les filets maillants dérivants, les trappes à poissons.

 

La règlementation est complète, la volonté de l’appliquer est totale : étroite surveillance, contrôles rigoureux et répression sans concession. 


Avec cet état d’esprit et cette rigueur, l’ALASKA produit de façon durable des poissons et des crustacés qui sont uniquement sauvages. Citons les 5 saumons du pacifique (le King, le Coho, le Sockeye, le Red et le Pink), les variétés de cabillauds (Colin d’Alaska, Sole, lieux noir et cabillaud), le mythique flétan du pacifique et les Crabes (notamment le crabe royal).


En ALASKA, les habitants se sont donnés les moyens de se protéger autant de la pollution et de la dégradation des habitats que de la sur pêche.

 

 

Please reload

Featured Posts

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Recent Posts

April 12, 2016

Please reload

Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic
  • Facebook Social Icon