Les politiques se vantent de fixer des quotas au dessus de conseils scientifiques.

December 18, 2015

Chaque année, le but n°1 des politiques est d’obtenir le plus possible de poissons pour soutenir les pêcheries de leur pays et s’octroyer ainsi un soutien politique certain, oubliant presque complètement que les maximas préconisés par les scientifiques sont des seuils dangereux à ne pas dépasser. A la sortie des négociations à huis clos, les commentaires sont (presque) toujours des éloges pour le Ministre qui a réussi à arracher 10, 15, 30% au-dessus de ces maximas. Cette année 2015 encore, on se félicite par exemple de baisses moins importantes que prévues :

« En France, l'un des grands pays pêcheurs de l'UE, il y a "quelques satisfactions", reconnaît volontiers le président du Comité national des pêches.

Paris a ainsi obtenu que le quota pour la sole du golfe de Gascogne soit abaissé de seulement 10%, contre 36% proposés. Pour la sole de Manche-Est, la baisse est de -14% contre -32% initialement souhaités par Bruxelles. »

Côté ONG, on dénonce maintenant très ouvertement cette connivence entre les Politiques et la corporation des Pêcheurs professionnels :

« Côté ONG, la déception domine. Oceana a "déploré l'absence d'ambitions des ministres à respecter leurs engagements scellés lors de la réforme de la Politique Commune de la Pêche, notamment d'éliminer la surpêche".

Même sentiment chez Greenpeace, pour qui les ministres européens ont "vendu leur âme à l'industrie" en fixant des limites de captures "bien au-dessus des niveaux recommandés par les scientifiques", pour le cabillaud en mers d'Irlande et Celtique, le merlu au large de l'Espagne et du Portugal, et la sole. 

PEW regrette le nombre important de quotas "politiques (...) destinés à calmer les esprits", et un mode de décision très opaque. »

Les scientifiques au pouvoir: c'est eux qui doivent décider des quotas.

December 18, 2015

Depuis 1985, les scientifiques conseillent à propos du bar de ne pas dépasser une mortalité par pêche supérieure à 13%. Depuis toutes ces années, les ministres européens de la pêche ont collectivement permis que ce taux effectif de mortalité soit 2 voire 3 fois supérieur. Comme il fallait donc s’y attendre, les prélèvements ont atteint des sommets, et leur baisse récente, malgré une augmentation des capacités de pêche sur cette espèce sans quotas signe l’effondrement prochain du stock, si ce n’est déjà trop tard.Le conseil des Ministres Européens de La Pêche doit être dépossédé de cette responsabilité patrimoniale qu’il a trahi obstinément depuis 30 ans, et doit même, en cas de catastrophe avérée pour le bar répondre de ses actes.Ce sont les scientifiques du CIEM qui ont l’avis le plus documenté et le plus impartial : ce sont eux qui doivent prendre les décisions. Les états membres qui ont démontré leur partialité et leur cupidité en favorisant systématiquement leurs pêcheries à court terme au détriment de l’avenir de ces mêmes pêcheries ont agi comme des enfants et ont trahi leurs citoyens, qui les avaient mandatés pour l’intérêt général et celui de l’Environnement et non pour celui d’une branche industrielle nationale.

 

O’LEARY (1) cité par la New Economics Foundation (2) écrit en 2011 à propos de la Politique Commune de la Pêche:

 

« Il est probable que les réformes (de la PCP) soient comme d’habitude inefficaces à moins qu’un changement du processus décisionnel ne soit décidé de telle façon que les attributions des quotas respectent l’avis des scientifiques et non plus celui des politiques. »

 

Clientearth écrit le 9 septembre 2015:

 

"Se conformer à l’avis des scientifiques pour mettre un terme à la surpêche.

 

La politique Commune de la Pêche en Europe exige que nous en finissions avec la surpêche, et suivre les conseils des scientifiques est essential pour y parvenir."

 

 

(1). O’Leary, B., Smart, J., Neale, F., Hawkins, J., Newman, S., Milman, S. & Roberts, C. (2011, 12). Fisheries mismanagement. Mar Pollut Bull 62 (12), 2642–8.

 

(2). Landing the Blame : overfishing in UE waters 2001-2015 en ligne (en anglais) sur le site de la New Economics Foundation :

http://www.neweconomics.org/

Les Halieutes dénoncent les politiques français.

December 18, 2015

Philippe CURY et Yves MISEREY (1) parlent du « grand marchandage des pêcheries européennes » et expliquent :

« Même à l’intérieur d’une sphère supranationale come l’Union Européenne, l’instauration d’une politique durable des pêches se heurte à la question épineuse de l’appropriation des ressources. Chaque pays défend avant tout ses intérêts. C’est ainsi que les administrations et les pouvoirs politiques français et espagnols sont plus que d’autres au service de la corporation des pêcheurs, comme le souligne Christian LEQUESNE (2) :… ‘ La PCP démontre que l’Union Européenne n’a pas permis à l’expertise de prendre le pas sur la Politique et sur les hommes politiques. Le maintien de la paix sociale dans les ports prime sur l’avenir des stocks de poissons’.»

 

« Quel homme politique, en Espagne ou en France, oserait écorner l’image du pêcheur bravant l’hostilité des mers pour la sécurité alimentaire et malmené par la bureaucratie européenne ? Ce cliché tenace empêche tout changement dans notre pays. La proximité entre l’Etat (français) et les pêcheurs est une contrainte. »

 

(1). Une Mer sans Poissons, p.171 et 173, Philippe CURY et Yves MISEREY, Ed. CALMANN-LEVY, avril 2008


(2). L’Europe bleue, à quoi sert une politique commune de la Pêche ? Christian LEQUESNE, Presses de Sciences Po, 2001

Le trio des pays peu recommandables en 2014: Grande-Betagne, France et dannemark

Le trio des pays peu recommandables en 2014: Grande-Betagne, France et dannemark

 

Depuis plus de 30 ans, les quantités maximales de poissons pêchés excédent régulièrement les conseils scientifiques savamment calculés par le CIEM (Conseil International pour l’Exploration de la Mer). La New Economics Foundation a dressé la liste des pays classés selon le tonnage de ces excès. Par exemple, vous apprenez que la France a décroché l’autorisation de prélever plus de 34 000 tonnes de poissons au-dessus des limites maximales conseillées par les scientifiques pour une exploitation durable de la ressource. Sur ce tableau, la France apparaît comme le second pays qui abuse le plus, derrière la Grande Bretagne et devant le Danemark : le trio peu recommandable. 

Les Ministres Européens de la Pêche dépassent systématiquement les avis des Scintifiques : trop de poissons sont capturés.

February 23, 2023

Dépasser systématiquement les maximas conseillés par les scientifiques : le réflexe monosynaptique de la quasi-totalité des Ministres de la Pêche européen

Depuis la création des Totaux Alloués de Captures (TAC) c’est-à-dire des quotas de pêche (déjà plus de 30 ans), les quantités maximales de poissons que les scientifiques nous ont demandé de ne pas dépasser l’ont toujours été….

-Quand les réductions demandées par les scientifiques du CIEM sont faibles, la compliance des Ministres de la Pêche est correcte. Mais dès que ces réductions sont importantes, le conseil des Ministres autorise des dépassements systématiques et importants (BIAIS, 1995)

-Les quantités débarquées sont davantage le reflet de la masse du stock de poissons effectivement existante plutôt que des seuils proposés par les scientifiques (KARAGIANNAKOS, 1996)

-Après la 1ère réforme de la Politique Commune de la Pêche, les TAC décidés par les Ministres de la Pêche dépassaient de 19% en moyenne les conseils des scientifiques (1992 à 2001)

Après la 2nde réforme de la PCP, les TAC décidés par ces mêmes Ministres dépassaient de 21% ces conseils des scientifiques (2002 à 2008). (VILLASANTE et al. 2011)

-Les TAC décidés par les Ministres sont en moyenne 33% supérieurs aux conseils des scientifiques, sans amélioration après la 2nde réforme de la PCP (O’LEARY et al.2011)

-Pêche en Eaux Profondes : les TAC décidés par les Ministres sont plus de 50% au-dessus des conseils des scientifiques et de très gros  problèmes sont signalés pour …les faire respecter. (VILLASANTE et al.2012)

Les Ministres Européens de la Pêche démasqués

May 28, 2023

Griffin CARPENTER et Richard KLEINJANS écrivent dans le résumé de leur rapport(1) de la New Economics Foundation :

« Chaque année, L’Union Européenne bénéficie d’un conseil scientifique clair quant à la pression de pêche saine, calculée pour développer une pêche durable. En dépit de cela, les Ministres Européens déterminent des quotas largement supérieurs à ceux que préconisent les Scientifiques, faisant le lit de la surpêche et d’un gâchis économique. En analysant ces décisions, nous pouvons déterminer quels sont ces Etats Membres responsables de la surpêche dans les eaux européennes. »

(1) "Landing the Blame : overfishing in UE waters 2001-2015" en ligne (en anglais) sur le site de la New Economics Foundation :

     http://www.neweconomics.org/

Please reload

 
 
 
 
 
  • Facebook Social Icon