© Peter CRAWFORD

Qu'est-ce qu'une baïne?

Qu'elle est la première fonction biologique d'une "baïne"?

 

Les Baïnes sont les zones de nourricerie essentielles de maintes espèces de poissons juvéniles et sont devenues le terrain de jeu des sports de glisse aquatiques. Si précieuses, et malgré la réglementation existante, elles sont encore livrées en pâture aux filets.

 

Libérons les baïnes des filets : signez la pétition (Français, English, Español).

 

 

Qu'est-ce qu'une « baïne » en aquitaine?

 

 

En venant frapper la côte, la houle déplace de grandes quantités de  sable, ce qui creuse ça et là des dépressions ou cuvettes, à cause de l’asymétrie des phénomènes. Ces sables sont ensuite repris par plusieurs courants.

Le courant de retour (correspondant au retour vers le large de la masse d’eau venue frapper la côte) redépose ces sables le long de son parcours et dessine ainsi ces « croissants » qui sont observables au sein d’une même baïne (longueur caractéristique 20-25m) et surtout entre deux baïnes consécutives (longueur caractéristique : 400-600 m).

Au sein d’une même baïne, la grève prend cet aspect caractéristique de tôle ondulée : il est très dangereux, par fort coefficient et/ou houle consistante de stationner dans un creux de cette tôle ondulée. En effet, le flux montant à l’assaut de la grève apporte une grande quantité d’eau que vous pouvez sous-estimer car elle est uniformément répartie sur toute la surface de la grève. Mais au retour, la gravité va concentrer cette même masse d’eau dans les creux, la voici canalisée par le reflux qui la transforme en quelques secondes en une lame puissante et surprenante, très vite imposante : le risque est réel d’être fauché irrémédiablement, même par quelques dizaines de centimètres d’eau puis entrainé vers le ressac. Les pêcheurs à pied expérimentés le savent bien, et choisissent de se cantonner au contraire sur les crêtes de cette tôle ondulée

Entre deux baïnes, les « croissants » correspondent à ces grands plateaux qui découvrent à marée basse, de façon souvent spectaculaire par fort coefficient et qui alternent avec les cuvettes qui constituent le fond des fameuses « baïnes ».

Cette situation à l’instant t est en perpétuelle modification. Le « courant littoral de la houle » va déplacer ces ensembles en permanence : ce courant presque invariablement Nord-Sud en aquitaine est attribué à l’obliquité et à la différence de taille de houle sur la côte. Il rentre par le nord de la baïne et en ressort par le sud, direction sud-ouest.

 

Considérons l’alternance classique dans le sens nord sud :

 

1er plateau au Nord==>La Baïne au milieu==>2nd plateau au Sud

 

Les vagues heurtent le sol du plateau Nord et donc y arrachent du sable. Ces eaux chargées s’évacuent vers le sud, c’est-à-dire vers la baïne : par gravité, ce sable se redépose dans l’extrémité nord de la baïne adjacente, puisque l’augmentation de la hauteur de la colonne d’eau y freine d’autant la vitesse d’écoulement. Puis l’eau qui poursuit son évacuation entre en conflit avec l’extrémité du plateau Sud où elle arrache à nouveau du sable.

 

Faisons le bilan : le « cul de baïne » reçoit du sable qui le comble, alors que la baïne se creuse au sud au dépens du plateau sud qui la bordait.

 

Autrement dit, les baïnes se déplacent sans arrêt vers le sud en se déformant et finissent par disparaître pour se reformer ailleurs.

 

Durée de vie d’une baïne : quelques semaines à la belle saison. Elles disparaissent pour la plupart en hiver (fortes houles) et réapparaissent dès le printemps, juste au bon moment pour accueillir les 1er poissons juvéniles.

 

Avec le réchauffement climatique, le trait de côte recule et d’énormes masses de sable sont libérées des dunes domaniales dont les versants océaniques sont très sévèrement amputés. Ces masses  de sable sont balayées par les courants Nord==>Sud et viennent perturber la vie jusqu’ici relativement rythmée des baïnes.


Nous constatons depuis le début des années 2000 que les baïnes sont de plus en plus rares, de moins en moins bien formées  (moins profondes, plus courtes) et de plus en plus éphémères.

 

Les baïnes d’Aquitaine n’ont de singulier que le nom qu’on leur donne et qui veut peut-être dire « petite baie » tout simplement. Ce sont des phénomènes constatés partout dans le monde, sur toutes les plages de sable soumises à des houles régulières, avec ces fameux courants littoraux. En Normandie et Picardie, on les appellerait des « bâches », ailleurs des « sillons ».

 

Les Baïnes sont les zones de nourricerie essentielles de maintes espèces de poissons juvéniles et sont devenues le terrain de jeu des sports de glisse aquatiques. Si précieuses, et malgré la réglementation existante, elles sont encore livrées en pâture aux filets.

 

Libérons les baïnes des filets : signez la pétition (Français, English, Español).

  • Facebook Social Icon